Qui sommes-nous?

Mission

 

L’Association science et bien commun se donne comme mission d’appuyer et de diffuser des travaux de recherche transuniversitaire favorisant l’essor d’une science pluriverselle, ouverte, juste, plurilingue, non sexiste, non raciste, socialement responsable, au service du bien commun.

Elle utilise une gouvernance innovante, inspirée de la théorie des communs, pour laquelle l’appartenance d’une personne à une entité collective ne dépend pas de sa capacité de payer une cotisation, mais se fonde sur ses contributions.

Les objectifs de l’Association sont de maintenir et de développer les quatre chantiers suivants, ainsi que les sites web qui en sont la vitrine :

1. Les Éditions science et bien commun, fondées en 2015, qui donnent un accès libre et universel, par le biais du numérique, à des livres scientifiques et des essais publiés par des autrices et auteurs de pays des Suds et du Nord, également disponibles en version imprimée (https://www.editionscienceetbiencommun.org )

2. La revue plurilingue Sa'ni Bude. Open science ouverte & plurivers(e), fondée en 2019 et publiée par le Grenier des savoirs et l’Association Science Afrique, dont l’ASBC est partenaire fondateur (https://www.revues.scienceafrique.org/sanibude)

3. Le LIRAJ (Laboratoire international de recherche-action sur la justice cognitive, la science ouverte et les communs), fondé en 2018, qui héberge des projets de science citoyenne ou de recherche-action impliquant à la fois des chercheurs, chercheuses professionnelles et des organismes de la société civile (https://liraj.org).

4. L’Agora SBC : Des activités publiques (organisation d'un colloque annuel, dans le cadre ou non de l'ACFAS, au Québec ou ailleurs, organisation ponctuelle d’activités publiques) sur un sujet lié à la mission de l’Association, animation de la page Facebook et du site web, compilation de l’infolettre (https://www.scienceetbiencommun.org).

Historique

Le noyau fondateur est formé d'une dizaine de chercheurs, chercheuses et doctorant-e-s du Québec et de France réuni-e-s au colloque "Une autre science est possible" dans le cadre du congrès de l'ACFAS en mai 2011. Par la suite, quatre personnes ont mené à bien les démarches d'institutionnalisation de l'Association et la création de son premier site Internet: Florence Piron (Université Laval), Jean Bernatchez (Université du Québec à Rimouski), Mélissa Lieutenant-Gosselin (Université Laval) et Hugo Pollender (équipe de recherche du CSSS de la Vieille-Capitale).

Sa mission jusqu'en 2019 était de stimuler la vigilance et l’action pour une science ouverte, au service du bien commun.

Vigilance face aux conséquences du modèle de l’économie du savoir privilégié actuellement par les politiques scientifiques des gouvernements provincial et fédéral ; action visant à démocratiser le débat sur les orientations de la science publique québécoise.

À cette fin, l’ASBC s’emploie à :

  • Défendre et promouvoir une vision des sciences au service du bien commun;
  • Colliger, analyser, produire et diffuser de l’information sur la science et sur ses rapports avec la société;
  • Soutenir, promouvoir ou organiser des expériences de démocratisation des sciences;
  • Organiser des expériences de débat public sur diverses facettes des sciences;
  • Mettre en place des expériences de rencontre entre le monde scientifique et d’autres sphères sociales (ex. le milieu artistique, le milieu politique, etc.);
  • Offrir un service d’orientation des groupes de la société civile dans le monde universitaire;
  • Offrir, sous réserve de la Loi sur l’enseignement privé (L. R. Q., c. E-9.1) et de ses règlements, des formations sur la responsabilité sociale, la science avec les citoyens et l’éthique des sciences.

Ces statuts ont été transformés lors de l'Assemblée générale du 23 septembre 2019 pour mieux refléter ce que l'Association était devenue lors des années précédentes.

Charte

La première Charte de l'Association, téléchargeable en cliquant ici, précisait son but, ses modalités de fonctionnement et son mode de financement au moment de sa fondation. Cette Charte a été adoptée lors de la première Assemblée générale de l'Association. Elle a été amendée lors de l'Assemblée générale du 13 septembre 2014 pour augmenter le nombre maximal de membres du conseil d'administration à 10 personnes. Elle a été profondément remaniée lors de l'Assemblée générale du 21 septembre 2019.

La version actuelle de la Charte peut être lue sur cette page et téléchargée en cliquant ici.


Conseil d'administration

Le conseil 2019-2020, élu lors de l'Assemblée générale du 21 septembre 2019, est formé des personnes suivantes, présentées selon le chantier qu'ils et elles représentent.

1) Les Éditions science et bien commun (chantier "livres") : Michaël Garancher (Québec, vice-président chargé du financement) et Frédéric Caille (France)

2) La revue Sa'ni Bude. Open science ouverte & plurivers(e), notre nouvelle revue scientifique en libre accès : Judicaël Alladatin (Bénin) et Florence Piron (Québec, présidente)

3) Le Laboratoire international de recherche-action sur la justice cognitive, la science ouverte et les communs (LIRAJ) : Maryvonne Charmillot (Suisse) et Léonie Tatou (Cameroun)

4) L'Agora SBC, qui rassemble les activités publiques de l'Association et ses colloques : Mélissa Lieutenant-Gosselin (Québec, trésorière) et Émilie Tremblay (Québec, secrétaire)

Membres d'appui à l'un ou l'autre des chantiers : Samir Hachani (Algérie) et Zoé Aubierge Ouangré (Burkina Faso).

Voici leurs biographies.

Florence Piron (Québec) est la présidente. Florence est anthropologue et éthicienne, professeure au Département d’information et de communication de l’Université Laval où elle enseigne la pensée critique à travers des cours sur l’éthique, la démocratie et le risque. Présidente fondatrice de l’Association science et bien commun et de la boutique de sciences Accès savoirs de l’Université Laval, elle s’intéresse aux liens entre la science, la société et la culture (l’éthique), à la fois comme chercheuse et comme militante pour une science plus ouverte, plus inclusive, socialement responsable et tournée vers le bien commun qu’elle interprète comme la lutte contre les injustices et la dégradation de l’environnement. Elle intervient oralement et par écrit dans une grande diversité de milieux, dans et hors du monde universitaire.

Laurence Brière est vice-présidente.

Émilie Tremblay (Québec) est secrétaire. Elle est doctorante en sociologie à l’Université du Québec à Montréal et au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST). Ses recherches actuelles portent sur l'institutionnalisation et les transformations de la sociologie au Canada et en Afrique de l’Ouest en relation avec les enjeux et les défis liés à l’internationalisation et à la nationalisation des formations, et plus globalement, des universités. Elle s’intéresse également aux inégalités au sein du système de production et de diffusion des connaissances, et aux stratégies développées par des institutions et des groupes pour repenser la recherche et l’enseignement en sciences sociales. Elle est aussi membre du conseil d’administration de la bibliothèque numérique Les Classiques des sciences sociales.

Mélissa Lieutenant-Gosselin (Québec) est trésorière. Mélissa est doctorante en communication publique à l’Université Laval (Québec, Canada). Elle détient en outre une maîtrise en biologie (évolution et sélection sexuelle). Ses travaux doctoraux portent sur la recherche collaborative, plus précisément sur les effets que l’engagement dans une telle recherche a sur la vision de la recherche scientifique et de sa place en société qu’entretiennent les participants (chercheurs professionnels et amateurs). Elle s’intéresse plus largement aux rapports science et société et milite pour une science plus ouverte à travers son engagement dans l’Association science et bien commun et dans l’Association pour la protection du lac Stoke.

 

Partenaires financiers

Depuis sa naissance, l'Association science et bien commun a reçu des dons des organisations suivantes, qu'elle considère comme ses partenaires dans sa mission en faveur d'une science publique au service du bien commun.

Pour plus d'information, écrire à notre adresse générale scienceetbiencommun@gmail.com.