Coupures au financement des organismes de vulgarisation scientifique

L'Association science et bien commun est consternée des décisions qui ont été annoncées le 12 décembre 2014 aux organismes québécois qui s'activent à rendre la science présente dans l'espace public et dans la vie des enfants. Le « choix » de ce gouvernement de privilégier le maillage de la science avec l'industrie et l'entrepreneuriat plutôt qu'avec l'éducation et le débat public est révélateur des dérapages qu'entraîne l'économie du savoir - dérapages que l'Association dénonce depuis ses débuts, depuis son premier colloque Une autre science est possible : science collaborative, science ouverte, science engagée, contre la marchandisation du savoir.

N'hésitez pas à manifester votre désaccord avec ces décisions et votre attachement aux organismes visés (Débrouillards, Agence Science-Presse, Expo-sciences, ACFAS, Québec science, etc.)

Mise à jour : le dimanche 14 décembre, le ministre est revenu sur sa décision et annule les coupures.